En Février 2022, le taux moyen des crédits du secteur concurrentiel s'est établi à 1,09 %

Article publié le

 

 

En dépit de la persistance de l’inflation et du renforcement des tensions sur les marchés obligataires, les
établissements bancaires maintiennent les taux d’intérêt à des niveaux exceptionnellement attractifs pour les emprunteurs.
Ils s’efforcent ainsi de limiter les conséquences du durcissement des conditions d’octroi des crédits aux particuliers imposé par les autorités françaises de contrôle des banques et dont la stricte application pèse maintenant plus lourdement sur leurs offres.


D’ailleurs depuis un an, les taux des prêts ont tous reculé, quelle que soit leur durée à l’octroi : de 7 points de base (pdb) pour les prêts à 15 ans et à 20 ans et de 18 pdb pour ceux à 25 ans. Le recul est le plus important sur les prêts les plus longs qui s’adressent le plus souvent aux emprunteurs les moins
bien dotés en apport personnel, mais les plus impactés par le durcissement des conditions d’octroi : les
banques cherchant ainsi à préserver l’accès au crédit des (primo) accédants à la propriété et de certains
(primo) investisseurs.

En février 2022, tous les emprunteurs ont encore bénéficié d'un taux inférieur à celui de l'inflation ( indice des prix harmonisé) qui s'est établie sur un rythme annuel de 2,55% d'après l'INSEE. La durée moyenne des prêts s’est établie à 239 mois (260 mois pour l’accession dans le neuf et 249 mois pour l’accession dans l’ancien).

 

Source : L'Observatoire Crédit Logement