Taux de crédit stabilisé au plus bas connu

Article publié le

En août 2021, le taux moyen des crédits du secteur concurrentiel (hors assurance et coût des sûretés) s’est établi à 1.05 % (1.12 % pour l’accession dans le neuf et 1.06 % pour l’accession dans l’ancien).

Le taux moyen des nouveaux crédits a reculé de 20 points de base (pdb) entre juin 2020 et avril 2021 : depuis, il ne fait plus que s’effriter, doucement d’un mois sur l’autre. Ainsi, après s’être établi à 1.15 % en décembre 2020, il est descendu en août au niveau le plus bas jamais constaté jusqu’alors. En dépit de la reprise de l’inflation et de la montée des risques de défaut d’une partie des emprunteurs, les banques maintiennent les conditions des crédits octroyés depuis avril dernier à des niveaux exceptionnellement favorables, afin de soutenir la demande de crédits des particuliers.

En outre, le recul du taux moyen constaté depuis décembre 2020 a été d’ampleur comparable selon le revenu de l’emprunteur : avec en août, un taux moyen de 1.10 % pour les emprunteurs dont les revenus sont inférieurs à 3 SMIC (- 10 pdb depuis décembre) ; 1.04 % pour les 3 à 5 SMIC (- 10 pdb depuis décembre) et de 0.93 % pour les 5 SMIC et plus (- 9 pdb depuis décembre).

Et depuis décembre dernier, les emprunteurs du 4ème groupe1 qui ne présentent pas les meilleurs profils (niveaux des revenus et de l’apport personnel, notamment) ont bénéficié d’une baisse de taux nettement plus rapide que celle des autres emprunteurs, sur les durées les plus longues. Sur les durées de 25 ans, le taux proposé à ces emprunteurs a reculé de 24 pdb, contre 20 pdb pour les emprunteurs du 2ème groupe et seulement 7 pdb pour ceux du 1 er groupe. Mais depuis la fin de l’année 2019, ces ménages ont dû accroître sensiblement le niveau de l’apport personnel mobilisé, alors que par le passé cette catégorie de ménages pouvait réaliser des projets immobiliers avec des taux d’apport très faibles.

Pour autant, on notera que les emprunteurs du 1er groupe peuvent obtenir un taux moyen inférieur à 1 %, même sur les durées les plus longues : avec, par exemple, un taux moyen à 0.77 % sur 20 ans et même à 0.64 % sur 15 ans, alors que le rythme de l’inflation (indice des prix harmonisé, IPCH) s’est établi à 1.03 % en août. Et désormais, plus de la moitié des emprunteurs bénéficient des crédits à des taux inférieurs à l’inflation.

En août 2021, la durée moyenne des prêts s’est établie à 236 mois (257 mois pour l’accession dans le neuf et 248 mois pour l’accession dans l’ancien).

La durée moyenne qui s’est accrue dès le début de l’été 2020 permet d’absorber les conséquences de la hausse des prix des logements et de contenir les taux d’effort sous le seuil des 35 %. Ainsi, en août 2021, la durée moyenne des prêts s’est maintenue à un niveau rarement observé par le passé : et depuis décembre dernier, la durée moyenne s’est accrue de 7 mois. Ce sont les emprunteurs disposant d’un revenu inférieur à 3 SMIC qui ont bénéficié de l’allongement de la durée moyenne le plus élevé : de 10 mois entre décembre 2020 et août 2021 (242 mois en août), contre un allongement de 5 mois pour les 3 à 5 SMIC (232 mois en août) et pour les 5 SMIC et plus (228 mois en août).

Mais dans le même temps, le niveau de l’apport personnel s’élève de plus en plus rapidement (+ 13.1 % sur les 8 premiers mois de 2021, en glissement annuel, après + 10.7 % en 2020). Et cette progression concerne toutes les catégories d’emprunteurs, quel que soit le niveau de leurs revenus.

 

1.Le 1er groupe rassemble les 25% d’emprunteurs dont le taux est le plus bas (valeurs des taux inférieures au 1er quartile, Q1). Et le 4ème groupe, les 25% d’emprunteurs dont le taux est le plus élevé (valeurs des taux supérieures au 3ème quartile, Q3). Le 2ème groupe rassemble donc les 25% d’emprunteurs dont le taux est compris entre Q1 et la médiane. Et le 3ème groupe, les 25% d’emprunteurs dont le taux est compris entre la médiane et Q3.

 

Source : Observatoire Crédit Logement